L'attaque des Netheriens [Point de vue Juiiop]

    Partagez
    avatar
    Juiiop

    Messages : 130
    Date d'inscription : 24/05/2014
    Localisation : Dans une forêt sombre et lointaine.

    L'attaque des Netheriens [Point de vue Juiiop]

    Message par Juiiop le Sam 27 Déc - 21:30

    L’ATTAQUE DES NETHERIENS

    Seuls dans notre petite forteresse construite le jour précédent, nous nous préparions à la bataille.

    « -Avez-vous toutes vos balles messire ? rugit un archer près de moi.
    -Bien sûr ah ah ah ! lui répondit le chef nain d’Orzammar, Vorkul.
    -J’ai toutes mes flèches pour ma part.
    -Bien, alors attendons là. »

    Nous étions 15 tout au plus, quelques archers, Vorkul, le seigneur nain d’Orzammar, Workix, le Seigneur Humain de Nadriel, et quelques guerriers dont je ne me souviens guère le nom.
    Le cor des nains retentit.

    « ELLE EST LA ! cria un officier.
    -Archers ! En position ! criai-je avec fougue.
    -Carabinier ! En position ! »

    Vorkul rugissait des ordres à droite à gauche, ne laissant pas l’attente l’abattre pour autant. Puis, quand on aperçut l’objet de toute crainte, il se tourna vers moi, et me tapota l’épaule.

    « Je n’aime pas les Elfes. Mais aujourd’hui, je suis prêt à vous pardonner.
    -Je n’aime pas les Nains non plus, Seigneur. Je suis aussi prêt à faire équipe avec vous. »

    Nous armions nos armes à distance, quand une explosion surgit du côté terrestre. Des Withers. Grands, noirs, au moins 3 mètres de haut. Ils ressemblaient à des squelettes humains, mais étaient noirs comme de la suie. Alors Vorkul, n’attendant pas le signal, tira sur une de ces bêtes. Les balles ricochèrent sur leur corps. Ce geste mit en colère les monstres, qui coururent vers notre petit bastion. Les Archers commencèrent à tirer, les flèches ne les atteignant point, mais soudain, un des archers s’exclama :

    -LA TEEEETE ! IL FAUT VISER LA TETE !

    Alors à partir de ce moment, les flèches voltigèrent et les squelettes tombèrent les uns après les autres. Puis je vis au loin, l’objet du conflit, Wobmiar, n’écoutant que mon instinct, je plongeai dans la marée noire.

    -NOON ! REVENEZ ! Cria Workix, le seigneur humain, Fuyez pauvre fou ! Revenez ici !

    Je l’ignorai, et encochai une flèche. Cible atteinte. Wobmiar n’était pas aussi résistante que les netheriens. Je repris une flèche quand je me fis plaquer au sol. Un netherien tenait son épée au-dessus de moi tandis que je m’efforçai de le repousser. Soudain, j’étais dans les airs, volant. Etais-je mort ?

    -Qu’est-ce qui vous a pris voyons ?

    Workix me souleva et transperça le netherien. Brandissant sa flamboyante épée, il défia Wobmiar du regard. Je tirai, je tirai, touchai quelques fois, mais j’eu l’impression que cela ne l’affectait pas. Une lueur sombre et brillante se détacha de sa poitrine, et la boule d’energie, concentrée de mal, se mit à nous foncer dessus, alors je bondis sur le côté, poussant Workix de l’autre. Nous nous relevâmes et je lui lançai avec un sourire narquois :

    -Maintenant, nous sommes quittes.

    Le démon s’acharnait sur nous, lançant flammes noires après flammes noires, nous les esquivions habilement, quand elle lança un ordre dans une langue inconnue. Soudain, tous les netheriens fonçaient sur nous !
    Tel un lion sanguinaire, Vorkul surgit avec sa hache et défonçait tout sur son passage, il arriva jusqu’à nous, et tout trois, nous faisions face aux vagues de netherien. Avec l’aide des archers, nous arrivions à bout. Plus rien. Plus un bruit. Plus un mouvement. Des voix retentirent dans la tête de chacun, nous obligeant à nous faire tomber à genoux. Avec soulagement, les voix s’arrêtèrent. Un autre danger nous guettait… Mes compagnons avaient soudain disparus, comme aspirés, j’étais seul, dans un brouillard étrange, au milieu d’un lac, marchant sur l’eau. Une voix sombre et rugueuse me parlait. Je ne sais plus ce qu’elle me disait, mais ma réponse l’a apparemment mis en colère, et il se mit à tirer sur moi des flammes noires comme celle que lançait la furie avant lui. Je ripostai avec des flèches, sans cesse, le combat sembla durer une éternité. A bout de force je me laissai tomber au sol, tirant une dernière flèche.

    -YAAAAAAAAAAAAA !! POUR LE ROYAUME NAAAIIN !

    Vorkul fendit le crâne de la bête géante, puis, tout devint sombre.

      La date/heure actuelle est Mar 12 Déc - 7:29