Leossier, l'incarnation de l'Emissaire

    Partagez
    avatar
    Leossier

    Messages : 52
    Date d'inscription : 15/09/2014
    Age : 22
    Localisation : Montréal

    Leossier, l'incarnation de l'Emissaire

    Message par Leossier le Mer 17 Sep - 18:16

    1. La naissance

    Le vide.

    Je flotte dans un immense vide.

    J'essaie de regarder au tour de moi, mais je ne vois rien d'autre que le vide.

    Soudainement, une sensation de froid remonte le long de mon dos, et lorsque je me retourne, je vois un immense crâne noir me surplomber. Il grandit de plus en plus, et s'approche de moi ouvrant sa gueule décharnée. Je ne peu m'enfuir, je ne peu l'éviter. Ses mâchoires m'entourent, se referment. Je sens mes pieds est mes mains se glacer. Lorsque je baisse les yeux sur eux, je les voir noircir peu à peu et ma peau devenir rachitique. Le froid est suivit par une terrible brûlure qui me déchire le corps.

    Alors que la brûlure se répand sur tout mon corps et que ma vision s'obscurcissais, j'entends comme un chuchotement. Au départ presque inaudible, il devient de plus en plus fort. Je commence à discerner des mots:

    Tuer...    Détruire...    Souffrir...

    Le chuchotement devient une voix.

    Tuer...     Anéantir...   Torturer....

    La voix devient un cris

    Tuer...    Briser...    Brûler....

    Le cris devient un hurlement qui me brise les tympans, surpassant presque le feu qui continue de courir dans mon corps

    TUER!!  TUER!!  TUER!!  TUER!!  TUER!!  TUER!!

    Alors que je crois finalement mourir, la brûlure dans mon torse s'apaise, remplacée par une fraîcheur apaisante. Un éclat de lumière perse les ténèbres qui m'enveloppent et fait taire la voix. Alors que la lumière m'englobe, je l'entends quand même murmurer un dernier mot:

    Vengeance...

    ____________

    Je me retrouve encore à flotter, mais cette fois-ci dans quelque chose. Comme un liquide... ou un gel. Je sens mes membres tendus, la totalité des muscles de mon corps endoloris. J'essaie d'entrouvrir les yeux et je suis aveuglé par la lumière. Je les referme, et les rouvre plus lentement, pour les habituer à la lumière. La vision qui s'offre à moi est des plus inusitées.

    Au travers d'une vitre je vois une sorte de laboratoire, remplis de machines reliées par des larges fils rouges lumineux. Je vois des étoiles cristallines émettant une lumière blanche claire pulser de l'énergie dans d'autres machines. De ces machines sortent des tubes qui parcourent le sol et rentre dans le sorte de contenant dans le quel je flotte. En baissant les yeux pour suivre les tubes, je remarque une sorte de mage fixé à mon visage dont sors un tuber entrant dans le sol de mon bassin. De ce même sol sortent des tubes lumineux blanc se connectant à mes bras, mes jambes et mon corps. Cette vision me fait paniquer et je tente comme je peux de me débattre. Mes muscles ne répondent pas, et je ne peux que me tortiller.

    Je vois alors des hommes en blouses bleus et vertes que je n'avais pas remarqué accourir devant ma vitre et se parler à toute vitesse. Je n'entends rien, encore paniqué par le réseau de fil relié à moi. Je sens d'un coup mon corps s'engourdir et mon esprit se brouiller. Avant de retomber dans l'inconscience, je vois les hommes devant moi aborder un grand sourire.

    Puis la voix revint.

    __________

    Lorsque je reviens de nouveau à moi, je baigne toujours dans un liquide gélatineux, mais cette fois à l'horizontale, couché dans un bac peu profond. Mon esprit repense tout de suite aux fils qui me connectaient, et je baisse les yeux sur mon corps pour voir qu'ils ne sont plus présents, seules des marques de piqûres rappelant leur présence.

    Alors que je tourne la tête pour regarder autour de moi, un homme en blouse verte approche de mon bassin et m'adresse la parole:

    - Tu t'es réveillé, bien. Comment te sens-tu? Arrives-tu a bouger?

    D'abord, le son de ses paroles me surprend, je n'avais rien entendu d'autre que la voix avant, et son ton tranquille me rassure. Je tente de bouger comme il me l'a demandé, et mes muscles répondent difficilement, mais j'arrive à bouger. Par contre, lorsque j'essaie de lui répondre, seul un rauque vide arrive à sortir de ma gorge et je me rend compte que celle-ci est horriblement sèche et douloureuse.

    - À oui, tu n'as pas bu ou parlé de puis longtemps, me dit-it, ta gorge et tes cordes vocales doivent être desséchées.

    Il se retourne vers quelque que je ne vois pas en haut de moi. Il revient avec une poche transparente remplie d'un liquide bleu clair avec une petite tige. Il m'en met le bout dans la bouche et appuis sur la poche, faisant glisser le liquide dans ma gorge et me faisant un bien immense. Je réessaie de parler, et j'arrive à exprimer quelques mots difficilement:

    - Où... Suis?

    - Tu es en salle de réveil, dans le complexe de recherches Nord. Tu as bien répondu à l'expérience et après avoir été nourris et alimenté par intraveineuses, tu a récupéré et t'es réveillé.

    Sa réponse me fait réfléchir, et amené rapidement une autre question beaucoup plus inquiétante:

    - Qui... Suis... Je?

    Ses yeux s'agrandirent, il ne s'attendait sûrement pas à cette question. Il ne dit rien et semble réfléchir quelques secondes, puis me répond:

    - Apparemment, l'expérience a affecté la zone de mémoire de ton cerveau, y enlevant tes souvenirs passés. Tu t'appelles Leossier, tu a été volontaire pour cette expérience. Celle-ci consistait à combiner la puissance d'un Émissaire à un corps humain. De tous les sujets de tests, tu a été celui qui a le mieux répondu.

    Sans pouvoir m'en empêcher, je tente de retrouver des souvenirs, des indices de moi-même, mais tout ce dont j'arrive a me rappeler, c'est mon réveil dans le bassin et la voix de mes songes. Devant mon air paniqué, l'homme me met la main sur l'épaule et rassure:

    - Ne t'inquiète pas, nous allons tout te réapprendre et bien plus encore.

    Un sourire apparaît sur son visage.

    - Après tout, tu es notre plus grand espoir futur.
    avatar
    Leossier

    Messages : 52
    Date d'inscription : 15/09/2014
    Age : 22
    Localisation : Montréal

    Re: Leossier, l'incarnation de l'Emissaire

    Message par Leossier le Mar 24 Fév - 20:20

    2. Le premier réveil

    J'ouvre les yeux sur l'intérieur de mon bassin. Je dors encore tout les soir dans mon incubateur, celui-ci permet à mon corps de mieux s'adapter au cœur de l'émissaire qui est maintenant en moi. Après mon réveil, ils m'avaient installé dans une chambre vide en attendant de faire des tests, mais mon corps commença à... rejeter l'Émissaire. Aucun mots ne pourraient décrire ce que je ressentis. Je vis des veines noires se propager sur mon bras gauche et on aurait dit que mon coeur tentait de se frayer un chemin hors de ma poitrine.

    La douleur était immense mais je ne pu perdre connaissance. Tout ce que je pouvais faire était hurler à plein poumon. Des scientifiques finirent par déballer en trombe dans ma chambre après ce qui me semblait une éternité pour m'injecter quelque chose et je me sentis partir. Mais avant de me réfugier dans la douceur du néant, j'entendis encore la voix murmurer:

    détruire...

    __________

    Après cela, je dormis dans mon incubateur chaque nuit pour permettre à mon corps de s'habituer. Durant la journée, je passais par des tests avec des scientifiques en blouses vertes ou des leçons sur tout ce que j'avais oublié et d'avantage avec des enseignants en blouses brunes. J'apprenais vite, très vite même. Il me suffisait de lire une équation, une formule pour la retenir parfaitement. Je pouvais ensuite y repenser et la retravailler dans ma tête sans problème. J'apprenais en une journée ce que mes professeurs avaient appris pendant toute leur vie. Ceux-ci changeaient souvent, et j'appris de divers domaines.

    En plus de mes cours, j'avais des séances pour rétablir mon corps. Celles-ci n'allaient pas aussi bien. Mon corps semblait toujours engourdis, peu importe les exercices, je me sentais aussi faible que lors de mon éveil le premier jour. Un jour, lors de mes exercices, je vis un homme en blouse noire me regarder par la vitre de la salle d'entrainement et discuter avec une des blouses vertes. Celle-ci finie par s'incliner devant la blouse noire et ils sortirent de la pièce.

    Je n’eus plus de cours avec les blouses brunes et on me fit passer encore plus de tests. Puis, environ une semaine plus tard, ils se décidèrent à essayer de Le réveiller. On m'installa sur une table d'examen au milieu d'une salle vide doté d'un balcon d'observation protégé par une vitre. Derrière celle-ci se trouvai quelques blouses vertes et la blouse noire de la dernière fois. Quelques blouses vertes étaient avec moi et me préparaient. Mes bras, mes jambes, mon torse et ma tête furent immobilisés par des sangles ou des montures en acier. Plusieurs capteurs furent installés sur l'ensemble de mon corps exception faites du short court qu'ils m'avaient laissés.

    Du plafond descendis un bras mécanique au bout duquel se trouvait une longue seringue, et dans son tube un épais liquide noir. Les scientifiques sortirent un à un de la pièce, le dernier me mettant la main sur l'épaule sans rien dire. Après quelques instants de silence, la seringue se mit en mouvement et s'avança vers ma poitrine. Je grognai lorsqu'elle pénétra ma peau et s'enfonça de plusieurs centimètres. Le piston de la seringue baissa un peu, et l'enfer commença.

    On aurait dit qu'ils m'avaient injecté du magma en fusion. Celui-ci se répandit rapidement. Je baissai les yeux et vit les même veines noires que la dernière fois s’étendre sur tout mon corps. Alors que je croyais cela impossible, la douleur augmenta encore et je me fis comme éjecter de mon corps. Je me retrouvai au fond de ma tête au rôle de spectateur avec la douleur toujours omniprésente. Je me vis me tordre sur la table, les veines noires s'étendre sur ma peau jusqu'à la recouvrir. Mon bras gauche se mit à émettre de la fumée et la sangle finie par s'enflammer. Je levai mon bras vers les scientifiques et vis ma main luire d'une lumière grisâtre. Cette lumière se détacha de ma main et fonça vers la vitre du balcon pour y exploser. J'entendis un rire horrible sortir de ma gorge. Celui-ci se tût lorsque la poussière se dissipa et que l'on vit que la vitre, bien que fortement craquelée, avait tenue. J'entendis alors la voix à nouveau, mais cette fois sortant de ma propre bouche:

    - Détruire! Tuer! Vais vous tuer! Vous annihiler! Vous détruire! Détruire!

    Mon corps désormais noir comme le charbon arracha mon bras à la table, puis mes jambes et les capteurs collés sur moi. En se redressant, je pu voir mon reflet sur le mur métallique au fond de la salle. Mes yeux étant entièrement rouges et l'un d'eux avaient commencé à saigner, laissant une trainée rouge le long de a joue. Je vis ma main gauche s'illuminer à nouveau, mais alors la voix allait lancer l'attaque, mon corps tangua.

    La lumière se dissipa et je titubai. La douleur se dissipa un peu, et j’aperçus du coin de l’œil plusieurs dards dans ma poitrine. Je finis par m’effondrer, et je sentis la voix retourner se cacher dans un coin de a conscience. Reprenant le contrôle de mon corps, je me tournai difficilement sur le dos, luttant encore contre la douleur. Au travers du voile recouvrant ma vision, je vis une dernière chose avant de retourner dans le calme du comas: le rictus satisfait, presque sadique de blouse noire au milieu des blouses vertes paniquées courant dans tous les sens.
    avatar
    Leossier

    Messages : 52
    Date d'inscription : 15/09/2014
    Age : 22
    Localisation : Montréal

    Re: Leossier, l'incarnation de l'Emissaire

    Message par Leossier le Mar 12 Mai - 17:51

    3. Le carnage

    Une douleur lancinante dans mon côté me tira du sommeil. J’entrouvris les yeux sur le soleil plombant au-dessus de ma tête. Je redressai la tête pour voir la source de la douleur. La tâche de sang coagulé sur mon flanc nu me surpris un instant, avant que mes souvenirs me reviennent. Je me redressai difficilement sur un coude, observant le restant de rafiot sur lequel je gisais, qui tanguais sur les flots.

    Me laissant retomber sur le dos, je replongeai dans le sommeil, les événements, ou plutôt les catastrophes, qui m'avaient amenées là me revenaient douloureusement.

    __________

    Je me retrouvai dans une salle de tests chimiques. Quelques blouses vertes préparaient des outils d'observation pendant que des hommes en blouses violettes mélangeaient divers produits en concoctions. Assis sur la table d'examen, j'attendais que l'injection d'aujourd'hui soit prête. Depuis l'accident de l'éveil de l'émissaire, les scientifiques testaient divers mélanges afin de voir leur réaction.

    L'attitude des chercheurs à mon égards avaient sensiblement changée depuis cet incident. Avant, les scientifiques me regardaient avec intérêt, voir même espoir ou compassion, au pire désintérêt. Maintenant, ils avaient peur. Il était évident qu'il ne voyaient plus que le monstre noir qui avait ravagé la salle de test. Des hommes armés en noir me surveillaient partout et en tout temps, prêts à me tomber dessus à la moindre surprise.

    Alors que les hommes en noirs étaient stationnés aux coins de la pièce à me surveiller, les blouses violettes préparaient les concoctions et les vertes les appareils, je restai sur la table à les regarder faire, ignorant les regards inquiets qu'ils me lançaient occasionnellement. Je les observais préparer les concoctions, fouillant dans ce qu'ils m'avaient enseigné de l'alchimie pour identifier les composantes. Les tests se passèrent sans surprises, sans effets particuliers, et je retournai à ma chambre, qui me donnait plus chaque jour l'impression d'une cellule. Je n'avais plus besoin de mon incubateur chaque nuit, mais je ne pouvais me déplacer librement dans le complexe, ne sortant de ma chambre que pour les différents tests.

    Je restai seul quelques minutes avant qu'une des seules personnes ne me montrant pas ouvertement de hostilité entre dans la pièce. Il s'agissait de l'un des seuls scientifiques m'ayant dit son nom, le docteur Tremar. Il dirigeait les expériences, et je l'avais souvent vu débattre avec Blouse noire au travers des vitres des salles de tests. Malgré la catastrophe, il restait agréable et venait me voir quotidiennement pour vérifier mon état.

    -Bonjour Leossier, commença-t-il, comment ont été les tests d'aujourd'hui?

    C'était lui qui m'avait appris mon nom après ma perte de mémoire, et était un des seuls à l'utiliser. La plupart m'interpellait pas et ne faisait que me donner des directions.

    -Sans surprises Docteur, je ne crois pas que la thylène n'aie d'effets.

    Il souleva un sourcil en question muette, à laquelle je répondis:

    -Je me souviens des leçons d'alchimie et j'ai reconnu les flacons.

    Souriant simplement, il continua à me poser des questions, remplissant son document. Cela pris quelques minutes, puis il sortis une seringue pleine d'un liquide clair. Il s'agissait d'un produit endormant l'émissaire en moi. Je recevais des doses quotidienne pour éviter des accidents. Après la piqure, au lieu de simplement quitter la pièce, il s'assit sur une chaise en face de moi, les coudes sur les genoux et resta en silence un moment. J'attendis qu'il ouvre la parole.

    -Je suis désolé, commença-t-il. Je n'étais pas d'accord, mais je n'ai pas pu changer la décision des supérieurs.

    Il soupira.

    -Ils ont décidé de réessayer de stimuler l'émissaire.

    Un frisson parcouru mon dos, et malgré la récente piqure, je cru entendre sa voix murmurer au fond de mon esprit. Le docteur se releva en soupirant, se dirigea vers la porte de la chambre, s'arrêtant dans le cadre.

    -Le test se fera demain, désolé.

    Il partis, me laissant seul à me ressasser les souvenirs du test et de ce que j'étais devenu...

    __________

    (en cours)

    Contenu sponsorisé

    Re: Leossier, l'incarnation de l'Emissaire

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mar 12 Déc - 7:23